Enfants

Hypnose et Enfants

Le roi des Etats Modifiés de Conscience

L’enfant a très facilement accès à l’état hypnotique: jouer, imaginer, créer, faire semblant est pour lui, complètement naturel. Jusqu’à 6-7 ans, il ne fait que peu de différence entre le monde extérieur et son univers intérieur. Le réel et l’imaginaire se mêlent allègrement. C’est d’ailleurs fascinant de l’observer passer, en un éclair, de lui-même au super-héros, du rire aux larmes, de la concentration à la rêverie.

Et oui ! Les enfants ont cette faculté que nous autres adultes avons perdue, de ne vivre que dans l’instant présent. 
Rajoutez à cela, une bonne dose de spontanéité, de créativité et de confiance et vous avez tous les ingrédients nécessaires à une bonne transe hypnotique.

En faisant appel à ces qualités premières, les séances sont ainsi amusantes, ludiques et très agréables pour eux. C’est pour cette raison que les enfants apprécient autant les séances d’hypnose. Elles leur permettent de recréer un monde à leur mesure et de dépasser leurs blocages, sans effort.

Méthodes de travail

Si l’adulte a besoin de ré-apprendre à entrer en état d’hypnose,  l’enfant, vous l’avez compris, a lui, juste besoin d’être guidé dans son imaginaire vers sa solution. 

L’Hypnose étant une thérapie basée sur la communication, il peut être tentant de la réduire à la simple parole. Or pour l’enfant, verbaliser ses émotions ou mettre des mots sur ses ressentis est loin d’être aussi simple que pour un adulte. Il utilisera donc d’autres  moyens d’expression, à la fois corporels et graphiques. 

C’est donc, en privilégiant ces formes d’expressions, que le thérapeute sera le plus à même d’approcher la manière dont l’enfant appréhende le monde et sa réalité intérieure.

En fonction de son âge, de sa personnalité et de ses centres d’intérêt, on pourra donc utiliser:

  • Le dessin
  • Les contes ou histoires métaphoriques
  • Les jeux d’identification 
  • Les cartes
  • Les jeux de dés
  • la visualisation

Prérequis

Accueillir un enfant en thérapie suppose de s’adapter à certaines spécificités inhérentes au statut d’enfant.

En effet, l’enfant ne vient jamais seul en thérapie et ce n’est souvent pas lui qui est à l’origine de la demande de rendez-vous.
Aussi, en préalable à toute rencontre, et surtout si l’enfant n’est pas demandeur, il conviendra de bien lui expliquer, l’objet de la rencontre et de vérifier avec lui sa motivation à changer.

S’il s’avérait après cet échange, que l’objet de la consultation ne soit problématique que pour vous, parents, alors il sera inutile de prendre rendez-vous…
N’oubliez pas qu’en hypnose, les changements ne se font que si le consultant (ici votre enfant) le désire vraiment.

Un enfant volontaire et motivé = 1er pas vers le succès !

Déroulement de la séance

La séance commence par un entretien avec l’enfant et le ou les parent(s) afin que chacun puisse s’exprimer sur l’objet du rendez-vous.

Durant cet échange, le thérapeute s’adresse principalement à l’enfant. Il est important que ce dernier se sente écouté et entendu dans sa problématique. En retour il pourra librement exprimer son point de vue et ses divergences (s’il y en a) avec ce qu’évoque le parent.

Dans tous les cas, c’est l’enfant, qui détermine l’objectif de sa séance.

Ensuite, les parents sont gentiment raccompagnés en salle d’attente avec l’accord express de l’enfant. Commence alors le travail hypnotique à proprement parler (pour une durée d’environ 30 min).

Vient enfin le débriefing, avec l’enfant d’abord, puis avec les parents.
Le thérapeute leur communique les informations principales sans entrer dans le détail de la séance. Il est en effet, préférable d’en dire le moins possible pour ne pas risquer de perturber le travail effectué. 
Il est aussi très important que l’enfant se sente parfaitement libre de partager ou non, ce qu’il a vécu.

Nombre de séances

Comme pour les adultes, il est difficile d’évaluer à l’avance le nombre de séances nécessaires.
Toutefois, du fait de leur facilité à entrer en état d’hypnose, le travail avec les enfants est souvent rapide. Il est donc rare de dépasser 3 séances.

Le rôle des parents

L’enfant passera peu de temps en thérapie comparé à celui passé en famille. Aussi, il est important que les parents et les proches soient ses premiers supporters. Encouragements et discours positifs sont essentiels à sa réussite. 

Dans certains cas, le thérapeute proposera aux parents de suivre un accompagnement, en parallèle ou en amont de celui de l’enfant. Parce que parfois, bien malgré nous, nos problématiques d’adultes ont des répercussions sur nos enfants. Ainsi, par effet miroir, aider les grands revient à soulager les petits.